BEES - Hamzaoui 45100
  CONSTRUCTION
 

CONSEILS DE CONSTRUCTION. . . . . .

 

Isolation thermique / Isolation lumineuse / Ventilation / Tunnel d'accès / Chauffage / Nourrisseur / Modularité / Evacuation des déchets / Bien voir / Bien entendre .

 

  • Isolation thermique
    • Les pertes de chaleur sont la source principale des perturbations dont souffrent les abeilles dans une ruchette d'observation. Ces pertes proviennent essentiellement de deux causes :
      • -1- les surfaces vitrées.
      • -2- la faible épaisseur de la colonie. (souvent sur un seul cadre)
    •   - 1- La façon la plus simple de conserver la chaleur est de refermer toujours des volets sur les vitres dès la fin de l'observation. On peut renforcer leur pouvoir isolant en fixant de la mousse synthétique de 3 à 5 cm à l'intérieur, en prenant soin qu'elle plaque bien sur toute la façade. Il peut être nécessaire de la tailler en épaisseur à certains endroits pour bien l'ajuster. L'hiver, si on s'abstient de toute observation, on pourra efficacement augmenter la protection thermique en fixant sur les vitres des feuilles en mylar aluminisé, réflectorisantes d'infra-rouge, type couverture de survie. La pose de double vitrage améliore encore l'isolation, et de plus ralentit les dépots de cire sur la vitre. Mais son nettoyage est difficile.
    •   - 2- Le choix du nombre de cadres en épaisseur dépend de ce que l'on veut faire. Si l'on privilègie l'observation de la reine ( ponte, alimentation, etc...), il ne faut qu'un seul cadre. Si on se contente de ne la voir que de temps en temps, 2 cadres apporteront plus de confort thermique aux abeilles.

       

  • Chauffage
    • L'hiver, si la température de la pièce dans laquelle se trouve la ruche descend en dessous de 10°C , il sera nécessaire d'installer un système pour réchauffer la colonie. Des résistances vendues pour les aquariums pourront convenir. Il ne faudrait pas que la température d'une ruche sur un seul cadre soit inférieure à environ 16°C.

  • Isolation lumineuse
    • Les abeilles, pourtant habituées à vivre dans l'obscurité de la ruche, ne semblent pas trop gênées par la lumière. Cependant une expositoin longue (plus d'une heure par jour) à une source lumineuse, naturelle ou artificielle, les amène plus rapidement à recouvrir de cire les vitres.
    • Un autre comportement provoqué par l'éclairage vient perturber leur observation. Le phototropisme de l'abeille la conduit à se diriger en direction de la lumière et donc dans le cas présent sur la vitre. On a ainsi quelquefois une centaine d'abeilles, parfois plus, amassée derrière la vitre, s'agitant, se bousculant, pour essayer de franchir cet obstacle, dont elles ne comprennent pas la nature, dans l'espoir d'atteindre l'extérieur.
    • Il faut aussi prendre en compte la lumière apportée par le tunnel d'accès .
    • Les volets d'isolation thermique serviront aussi très bien pour l'occultation.

  • Ventilation
    • Afin que les ventileuses puissent renouveler l'air , il est nécessaire de prévoir une grille d'aération en partie haute et une autre en partie basse de la ruche. Le courant d'air ainsi obtenu est suffisant. Quelquefois les abeilles les propolisent. Il faut les laisser faire, elles les dégageront d'elles-même si la chaleur augmente. Elles savent ce dont elles ont besoin. Toutefois, si des traces de buée apparaissent à l'intérieur des vitres il faudra rétablir cette aération.
    • Il faut se méfier des courants d'air entre l'extérieur et la pièce dans laquelle se trouve la ruche, surtout à la mauvaise saison. Le vent peut en effet pénétrer par le tunnel d'accès situé en haut, traverser toute la ruche et ressortir par la grille inférieure, refroidissant énormément la grappe sur son passage. Pour éviter ce danger qui rendrait nuls tous les efforts faits sur l'isolation, il faut prévoir une grille dans le prolongement du tunnel d'accès. Le vent passe alors directement dans la pièce et pas à travers le groupe d'abeilles.

      Tunnel d'accès

      On peut coller la ruche contre le mur, ce qui réduit le tunnel d'accès au trou pratiqué dans celui-ci, et n'apportera pas de perturbation aux butineuses. Toutefois il est beaucoup plus spectaculaire de relier ce trou à la ruche par un tunnel transparent. On voit alors passer les abeilles rentrant avec leur pelotes de pollen, ou sortant tirant un cadavre pour l'évacuer à l'extérieur.

    • Le tunnel pourra être en verre ou en plexiglass. Une section intérieure de 6 ou 7 cm de large par 3 ou 4 cm de hauteur est convenable. Pour la longueur, 1,20 m ( y compris la traversé du mur ) semble un grand maximum. La partie visible aura 40 à 60 cm. Si l'on peut, on percera le mur avec une petite inclinaison vers l'extérieur. L'eau de pluie sera ainsi rejetée au dehors, et les abeilles auront à monter légèrement pour atteindre la ruche, ce qui leur est plus naturel.
    • Après l'installation des abeilles dans la ruche leur premier réflexe sera de trouver la sortie. Elles seront guidées en cela par la vue de la lumière au bout du tunnel ( phototropisme ). Il sera donc essentiel d'occulter toute autre source de lumière, et principalement d'entourer le tunnel dans sa partie transparente pendant au moins 4 à 5 jours. Par la suite on évitera une source lumineuse sur celui-ci , afin d'éviter un bouchon d'abeilles à ce niveau. Si il est éclairé par la lumière naturelle il faudra mettre un cache sur la partie supérieure et si nécessaire sur un côté.
    • Les sorties peuvent être situées à différentes hauteurs de la ruche.
      • En bas : C'est ce qui pertubera le moins les abeilles, notamment pour l'évacuation des déchets. Les enfants les verront à leur hauteur. Mais si il y a plusieurs sorties côte à côte les observateurs seront gênés pour regarder la face arrière de l'ensemble. De plus il faut qu'à l'extérieur il n'y ait personne susceptible de passer devant.
      • En haut : C'est l'idéale pour ne pas être gêné à l'extérieur ( elles passent au dessus des personnes ) et à l'intérieur ( on peut faire le tour des ruches sans barrage) .On se positionne sous le tunnel pour voir passer les butineuses. Mais elles ont des difficultés à sortir les abeilles mortes .
      • On peut, suivant la disposition des lieux ,trouver des solutions intermédiaires.

  • Nourrisseur
    •  Il est indispensable de prévoir un système permettant de donner à tout moment un apport de nourriture à la colonie. Le plus pratique est un simple trou sur le dessus de la ruche sur lequel on posera un nourrisseur du commerce ou un pot de miel figé retourné.

  • Modularité
    •  Si l'on veut présenter plusieurs colonies, il est indispensable que tous les éléments des différentes ruches soient interchangeables.
    • On peut augmenter la modularité de l'ensemble en concevant un système dans lequel chaque cadre peut-être autonome, retiré et réintroduit facilement à un autre endroit .( voir Ruche Géante ) Ceci permet d'avoir une présentation parfaite, et de suivre le développement de la colonie, extension de la zone de ponte ou de stockage du miel.

  • Evacuation des déchets
    •   Les principaux déchets d'une ruche sont constitués d'abeilles mortes, les autres proviennent de débris de pollen ou de cire. Les cadavres sont normalement évacués par les nettoyeuses, mais la structure d'une ruche d'observation, surtout si la sortie est située en partie supérieure, perturbe énormément ce travail. Il faut prévoir une trappe sous la ruche pour récupérer ces déchets et la vider régulièrement.

  • Bien voir
    • Vitrage : Plus la surface vitrée sera grande, meilleure seront les observations. Lors de la conception de la ruche il faut penser au nettoyage des vitres. Le mieux est de fixer les vitres par quelques vis qui s'enlèveront facilement et permettront de remplacer en quelques secondes la vitre sale par une propre, sans déranger les abeilles
    • Eclairage : Il est important de bien étudier l'éclairage. Dans tous les cas il ne faut pas que les observateurs fassent écran entre l'éclairage et les abeilles regardées. Le mieux est une pièce sombre avec une lumière qui semble venir de l'intérieur de la ruche, ou encore des spots placés au-dessus mais pas trop près. Attention à la chaleur projetée sur les rayons ! Des tubes de néon encadrant la ruche donnent aussi un bel effet sans crainte d'élévation de température. Attention aussi à l'éclairage du tunnel d'accès.
    • Marquage : Il est indispensable de marquer les reines pour pouvoir les trouver rapidement et les montrer aux spectateurs. C'est ce qu'ils demandent à voir en premier.
    • Hauteur : Les enfants comme les adultes doivent avoir les cadres à hauteur des yeux. Il faut prévoir soit une ruche sur plusieurs cadres de haut , par ex. 4 cadres situés de 70 cm à 2m, soit un système de marches ou d'escabeau.

  • Bien entendre
    • Micros : Pour compléter l'impression d'étonnement devant ce monde étrange, il est indispensable de sonoriser la ruche. Le mieux est la mise en place de 2 mini-micros à 2 ou 3 cm l'un de l'autre dans un coin d'un cadre, de manière à ce que les vibrations d'une même abeille soient captées par l'un puis par l'autre lors d'un faible déplacement de celle-ci.
    • Haut-parleurs : Le signal capté est dirigé sur un ampli stéréo qui alimente 2 haut-parleurs situés de chaque coté de l'ensemble, écartés d'au moins 2m . L'effet est fantastique.

     

 
  Today, there have been 1 visiteurs (26 hits) on this page!  
 
=> Veux-tu aussi créer une site gratuit ? Alors clique ici ! <=