BEES - Hamzaoui 45100
  MIELLO
 

Le travail des abeilles

L’abeille butine le nectar des fleurs pour en utiliser le sucre. Selon la plante, le sucre peut être différent par sa composition en glucose, fructose, disaccharide et saccharose. D’autres éléments du nectar vont donner au miel sa couleur et son goût unique : les vitamines, les pigments, les aromes.
 

image abeille qui butine

L’autre source de sucre est le miellat. Le miellat provient des excrétions laissées sur les végétaux par des insectes. Cela peut être par exemple des sucres rejetés par des pucerons ou encore de la sève d’arbre.

Les abeilles butinent de fleur en fleur en remplissant leurs jabots de substances sucrées.

image arrivée des abeilles image jabots

Une fois rentrées à la ruche les butineuses donnent leur récolte à d’autres abeilles en charge d’enrichir le tout en enzymes. Ces enzymes vont changer la composition de la miellée en agissant sur le sucre. Ensuite des ouvrières vont faire sécher ce miel qui contient encore plus de 50% d’eau :
- elles régurgitent d’abord plusieurs fois le miel
- elles l’étalent en couche avec leur langue
- elles entreposent tout cela dans les cellules et laissent murir
- les abeilles ventileuses font ensuite rentrer de l’air extérieur
- et enfin la colonie fait monter la température à plus de 30°C
Ce processus va faire réduire jusqu’à 18% la teneur en eau du miel et cela en 4 jours (en moyenne). La cellule une fois pleine de miel, elle est recouverte de cire pour la protéger.

image cadre avec du miel

Le travail de l'apiculteur

1. La récolte du miel
La récolte s’opère à la fin de la floraison de la plante qui caractérisera le miel. Dans le cadre d’un miel toutes fleurs, la récolte est réalisée lors des floraisons les plus tardives.

Les étapes de la récolte :

  1. enfumage des abeilles pour travailler tranquillement
  2. décollage et brossage des cadres
  3. transport dans un véhicule étanche jusqu’à la miellerie

2. Désoperculer
Cette étape consiste à enlever la pellicule de cire qui bouche les alvéoles remplies de miel.
L’opération se réalise avec un couteau à désoperculer en tranchant la couche de cire de bas en haut.

3. Extraction du miel
C’est une machine appelée extracteur qui fait jaillir le miel des cadres.
Il s’agit d’une cuve où l’on dispose sur un bras quelques cadres désoperculés. Ensuite une manivelle fait tourner les cadres et par le biais de la force centrifuge les gouttes de miel sont projetées sur les parois.

4. Filtrage du miel
A la sortie de l’extracteur, le miel contient des impuretés.
C’est une grille à double filtre qui va retirer diverses particules de propolis, de cire, d’opercules, de pattes d’abeilles ou de pollen.

5. Maturation du miel
Une fois filtré, le miel doit encore reposer 4 à 5 jours à une température de 20°C minimum pour faire remonter en écume l’ensemble des dernières impuretés. Cette écume est ensuite enlevée avant l’étape suivante.

6. Conditionnement du miel
Enfin prêt le miel peut être présenté dans son pot avec une capsule qui assure l’étanchéité et une étiquette avec toutes les mentions légales

 

Les abeilles, à condition d’être protégées des intempéries, s’installent dans toutes sortes d’abris pour faire le miel.

La ruche a très peu évolué avec le temps, on y retrouve toujours les mêmes éléments : 4 murs, un toit et des cadres.

Ces cadres permettent aux abeilles de se développer et aux apiculteurs d’en extraire le miel
le miel.

ruche

La ruche la plus utilisée en Europe s’appelle la ruche Dadant et comporte une dizaine de cadres.

On peut également retrouvé des ruches appelées ruches Langstoth (aussi appelées ruches standard). Celles-ci se caractérisent par une taille légèrement inférieure et donc une capacité de production de miel plus petite.

Selon la région où on se trouve, les formes de ruches peuvent changer : dans un tronc d’arbre posé verticalement, sous une cloche tressée, trapézoïdale…

 

L’apiculteur a besoin principalement d’un enfumoir et d’un lève-cadre.

L’enfumoir

Matériel indispensable à toute intervention, l’enfumoir permet de « maîtriser » le comportement des abeilles. L’enfumoir a traversé les ages et est maintenant l’emblème de l’apiculture. Sujet de nombreux travaux, la fumée agirait sur les phéromones d’alarme que les ouvrières émettent lors d’une agression.

image enfumoir

Le lève-cadre

Il permet de décoller, gratter et bien sûr de lever les cadres. Parfois les apiculteurs utilisent simplement un gros tournevis pour remplacer ce matériel.

image lève-cadre image cadre levé

La combinaison

Hermétique à toute intrusion, la combinaison permet de protéger l’apiculteur contre toute piqûre et donc de travailler tranquillement dans son rucher. Ce vêtement de travail est généralement blanc car les abeilles sont moins sensibles aux couleurs claires. Cette combinaison est accompagnée de gants, de bottes et d’un voile foncé pour une meilleure vision.

image combinaison apiculteur

Le souffleur

Simple souffleur à feuilles ou propulseur sur groupe électrogène, il permet de faire sortir toutes les abeilles de la ruche.

 

Pollinisation :

Les abeilles ont un rôle important dans la reproduction des plantes puisqu’en butinant de fleurs en fleurs pour produire le miel elles assurent la pollinisation.

Nutrition de l’abeille :

Source de protéine indispensable, le pollen est consommé par les abeilles dans les ruches.
Ramené par les butineuses, le pollen fermente et est ensuite consommé par la reine et l’ensemble de la ruche.

Complément alimentaire de l’homme :

Très riche en protéine et minéraux, les grains de pollen sont recommandés pour des problèmes urinaires, gastriques (constipation, colites…) et contre la fatigue.
Il se consomme en cure de plusieurs semaines à raison d’une à deux cuillères à soupe par jour pour pouvoir en ressentir les bienfaits.
Préférer le pollen frais congelé qui garde toutes ses qualités et vertus.

Composition du pollen :

Selon l’origine florale, la composition du pollen peut varier.
On y trouve notamment les éléments suivants :

  • 28 % de glucides (essentiellement glucose et fructose) ;
  • 24 % de protéines ;
  • 18 % d’eau ;
  • 18 % de cellulose ;
  • 5 % de minéraux : zinc, fer, sélénium, potassium, calcium, soufre, magnésium, phosphore, aluminium ;
  • 4 % de lipides ;
  • 3 % de micro-éléments : de nombreuses vitamines, enzymes, stérols, flavonoïdes…

 
 
  Today, there have been 10 visiteurs (14 hits) on this page!  
 
=> Veux-tu aussi créer une site gratuit ? Alors clique ici ! <=