BEES - Hamzaoui 45100
  varroas
 
Comme un tique il s'accrohe à l'abeilleundefinedundefinedundefinedundefinedundefined
se développe sur la larve de l'abeilleundefined
 

LA VARROASE

I - Généralités:

Le varroa est un parasite qui vient de l'Asie du sud-ouest (Sumatra, Java). En Asie l'hôte du varroa est l'Apis Cerana. En Asie il y a équilibre entre hôte et parasite, chez Apis Cerana le varroa ne se multiplie que dans le couvain de faux bourdons alors que chez Apis Mellifica il se développe dans tout le couvain. D'autre part le cycle d'évolution chez Apis Cerana n'est pas le même que chez Apis Mellifica :

Œuf adulte

Varroa |----------------------------------------------|

Ouvrière cerana |--------------------------------|

Bourdon |---------------------------------------------------------|

Ouvrière mellifica |---------------------------------------------------------------------|

Au cours de l'évolution, Apis Cerana a développé un instinct d'épouillage, ce que ne fait pas Apis Mellifica et d'autre part chez cette dernière l'hémolymphe contient un taux d'hormones juvéniles favorisant la ponte de Varroa.

II - Etiologie :

Agents pathogènes : le varroa n'a pas de causes favorisantes. De l'alvéole sort la femelle fondatrice et ses filles, le mâle ne vivant que dans l'alvéole.

Action sur les abeilles adultes :

  • Action traumatique : le nombre de parasites gêne le fonctionnement normal de l'abeille.
  • Action spoliatrice : "suce" l'hémolymphe de l'abeille (équivalent à environ 0,5 litre de sang par jour pour l'homme).
  • Action vectrice : possibilité d'inoculer des agents pathogènes (surtout des virus).
Action sur le couvain : identique, traumatique, spoliatrice, vectrice.

III - Symptômes (lorsque la maladie est vraiment établie) :

1/ Rien de visible, mais il faut traiter.

2/ Symptômes d'alerte :

  • Si il y a un varroa sur une abeille adulte (sans le chercher spécialement).
  • Si il y a des abeilles monstrueuses (ailes atrophiées).

3/ Symptômes devant ou dans la colonie :

  • Devant la ruche : abeilles traînantes qui ne peuvent pas voler ; abeilles mortes ; abeilles atrophiées.
  • A l'intérieur : couvain en mosaïque, nymphes mortes dans les alvéoles.
La varroase favorise toutes les autres maladies.

IV - Conduite à tenir :

Deux sortes de traitements :

Ponctuel et à libération lente.

  • Ponctuel : ils doit être fait sans couvain (Folbex, Perizin, amitraze, Klartan par aspersion, huiles essentielles).
  • A libération lente : Traitement qui dure suffisamment pour que la durée d'operculation soit couverte.
    Le seul sur le marché actuel : l'insert d'apivar.
    La diffusion se fait par contact, il est nécessaire d'utiliser la dose prescrite par le mode d'emploi car il y a risque d'accoutumance (2 lanières par ruches).
    Un traitement aussitôt après la miellée ou au début du printemps (contrôle).
Il existe aussi un traitement naturel sans molécules chimiques :

L'APIGUARD :

C'est un gel à base de thymol analogue au thymol naturel.

Mode d'emploi :

Le plus tôt possible en été après récolte, ouvrir une barquette et la poser au-dessus des cadres.
Placer une 2ème barquette après 2 semaines.
Les retirer au bout de 2 semaines supplémentaires.

Observations :

Le produit agissant par contact et évaporation il y a lieu de laisser un espace au-dessus de la barquette (1 cm) pour le passage des abeilles (hausse vide nourrisseur couvre cadre retourné plateau couvre cadre avec liteau) veiller à une bonne étanchéité.
La température diurne mini est de 15 degrés, à l'extérieur de la ruche.
Il y a lieu de prévoir un contrôle de l'efficacité par sondage après la fin du traitement et éventuellement un traitement classique d'automne complémentaire.
Les abeilles n'aiment pas le thymol et cherchent à s'en débarrasser voir à fuir ce qui entraîne une agitation importante des ruches ce qui nécessite :

  • De traiter toutes les ruches du rucher avec le thymol,
  • De pratiquer le soir,
  • D'avoir terminé les grosses opérations de mises en hivernage (nourrissement, réunions, remérage) car il vaut mieux ne pas intervenir sur les ruches pendant le mois que dure le traitement.

Précautions :

Le thymol est irritant et corrosif, n'ouvrir les barquettes qu'au dernier moment et porter des gants.

Conclusion :

Ce traitement est le plus naturel disponible actuellement nous ne pouvons que nous féliciter de sa mise sur le marché. Malgré sa plus grande difficulté de mise en œuvre nous vous encourageons à l'utiliser si vous vous en sentez capables (déconseillé pour l'instant en montagne).

Conditions de stockage :

  • pas de température au-dessus de 30°
  • tenir à l'abri du soleil.
 

 

L'ACARIOSE

L’acariose est une maladie parasitaire qui attaque les trois castes d’abeilles adultes. Elle est classée maladie réputée contagieuse depuis 2004.

1 - L’agent pathogène est Acarapis Woodi.

Il est de couleur brune, il n’a pas d’yeux et il a beaucoup d’agilité pour passer d’une abeille à l’autre.

Il se fixe dans l’appareil respiratoire , essentiellement dans la première paire de trachées thoraciques. Le seul obstacle qu’il rencontre est la pilosité qui obstrue l’orifice ( stigmates) des trachées. Cette pilosité se développe après le 5ème jour de la naissance de l’abeille. La pénétration du parasite a lieu entre le premier et le seizième jour.

La femelle pond à l’entrée ou dans la tranchée. L’œuf donne naissance à une larve qui se transforme en nymphe puis en insecte parfait. Le cycle complet s’effectue en 12 jours pour le mâle et 16 jours pour la femelle.

L’accouplement des accariens a lieu à l’intérieur des trachées.

2 - Action du parasite.

L’accouplement s’effectuant à l’intérieur des trachées celles-ci sont rapidement encombrées de déchets et de déjections. Les trachées deviennent impropres aux fonctions respiratoires.

Pour se nourrir, le parasite perfore la paroi de la trachée et pompe l’hémolymphe de l’abeille. Cette perforation peut favoriser l’introduction des virus de la paralysie aigue.

3 - Causes favorisantes.

  • Chaleur et humidité favorise la multiplication.
  • Le confinement favorise la transmission du parasite.
  • La physiologie de l’abeille qui n’a pas de pilosité dès sa naissance.
  • Dérive des mâles et des butineuses.
  • Pillage.
  • Transhumance / Le voisinage.
  • Essaimage.

4 - Symptômes.

  • Morbidité
  • Présence de cadavres d’abeille devant la ruche.
  • Abeilles traînantes, incapables de voler, qui s’accrochent aux herbes et se regroupent.
  • Traces de diarrhées. Ne pouvant pas voler, elles font leurs excréments sur la planche de vol.

5 - Traitement.

  • Destruction des ruches trop faibles (mèche de soufre pendant 30 minutes).
  • Pas de traitement médicamenteux (Folbex Va non autorisé).
  • Blocage de ponte.
  • Effet non négligeable des molécules comme Amitraze, Acide Formique, le Menthol et le Thymol.
 

 

LA NOSEMOSE

La nosémose est une maladie parasitaire qui touche les trois castes d'abeilles (Mâles, Ouvrières et Reines). C'est une maladie qui est répandue dans le monde entier (Europe, Australie, Etats Unis…). Elle est classée maladie contagieuse M.R.C. depuis 2004.

1 - L'agent causal est Noséma Apis Zander.

Il se présente sous deux formes :
  • Une forme de résistance, c'est à dire la spore, ce qui assure au parasite le passage d'un hôte à l'autre. La forme sporulée permet une conservation dans le temps.
    • 32 heures au soleil.
    • 4 mois dans le miel.
    • 1 mois dans les cadavres d'abeilles.
    • 1 an dans les excréments.
  • Une forme végétative, c'est la spore qui donne naissance à un germe qui va suivre le filament pour s'établir dans une cellule du ventricule et se multiplier. A l'éclatement de la cellule, les spores seront libérées à l'intérieur du ventricule.

2 - Actions du parasite.

Comme on l'a vu précédemment il y a contamination des cellules du ventricule, les germes se développent à l'intérieur et finissent par faire éclater celles-ci. Les cellules saines diminuent de volume. La Nosémose crée des désordres dans la digestion et une baisse du taux de protéine dans l'hémolymphe. La teneur en acides aminés de l'hémolymphe diminue également ainsi que l'azote du corps gras. De plus les glandes hypopharyngiennes régressent et montrent un vieillissement prématuré.
Les glandes cirières sont aussi moins développées et les ovaires de la reine peuvent s'atrophier. Pour régénérer les cellules lésées, l'abeille a besoin de protéines, si elle est confinée, elle puisera dans le corps gras. C'est ainsi que l'on retrouve des abeilles affaiblies qui ne sont plus en mesure d'assurer leur rôle .

3 - Causes favorisantes.

  • Les conditions climatiques avec des hivers longs et humides entraînent un confinement prolongé de l'abeille à l'intérieur de la ruche et par conséquent une dissémination active du parasite et l'arrêt des apports alimentaires nécessaire au bon développement de l'abeille.
  • La pollution chimique : pesticides... etc.
  • Les conditions d'élevage :
    • Faiblesse des colonies.
    • Age des reines.
    • Non renouvellement des cires.
    • Interventions trop fréquentes.
    • Essaimage artificiel trop abondant.
    • Nourrissement trop tardif.
    • Taux d'infestation du Varroa.
  • L'âge de l'abeille. Une abeille jusqu'à 15 jours est jugée non réceptive car le renouvellement de ses cellules serait plus rapide.

4 - Symptômes :

  • Dépopulation à l'intérieur de la ruche.
  • Abeilles traînantes au sol.
  • Abeilles accrochées aux brins d'herbes.
  • Abdomen gonflé.
  • Des traces de diarrhée plus ou moins importantes à l'intérieur et à l'extérieur.
  • Diminution de l'activité, de la récolte de miel, de la durée de vie des abeilles et de la production de couvain et de la grappe.
  • Regroupement des abeilles en forme de soleil pour mourir à l'intérieur de la ruche sur les cadres .

5 - Epidémiologie.

L'infestation de l'abeille se fait par voie buccale, par ingestion de spores lors des échanges de nourriture. L'infestation s'établit également par les excréments qui ont été faits à l'intérieur de la ruche. Ainsi le nettoyage et les échanges entre abeilles va disséminer les spores.

6 - Remarques.

Les scientifiques constatent ces dernières années la présence de Nosémose sans traces de diarrhée. Ce qui lui vaut le nom de Nosémose sèche.

7 - Conduite à tenir.

  • Mesure de prophylaxie.

    • Stimuler l'élevage de couvain au début de l'automne.
    • Eviter d'hiverner avec du miel de miellat.
    • Isoler les ruches du froid et de l'humidité.
    • Nourrir au début d'automne.
    • Surveiller les provisions en pollen.
    • Eviter les refroidissements de la ruche par des visites trop tôt, trop longues, pose de hausses trop tôt, essaims trop faibles.
    • Regrouper les colonies faibles.
    • Posséder des jeunes reines.
    • Renouvellement des cadres.
    • Ne pas surexploiter les colonies.
    • Empêcher la dérive et le pillage.
    • Désinfection du matériel et des planchers des ruches au chalumeau.
    • Lieu d'hivernage sec et ensoleillé.
    • Traitement préventif de la nosémose en acidifiant le sirop de nourrissement d'hiver avec de l'acide acétique.
      Il suffit d'ajouter 6ml d'acide acétique 100% par litre de sirop ou verser un litre de vinaigre dans 10 litres de sirop.
  • Traitement :

    • Actuellement, aucun médicament n'a une AMM* en France. Le FUMIDIL B utilisé autrefois a vu son AMM retirée en janvier 2002.
    • En 2003, la F.N.O.S.A.D. (Fédération Nationale des Organisations Sanitaires Apicoles Départementales) et d'autres structures apicoles françaises soutenaient le dossier d'établissement de la LMR* par les laboratoires CEVA (qui commercialisent encore le fumidil B en Espagne). En 2005 une réponse venait de l'administration dont l'interprétation suivante en a été faite au congrés de la F.N.O.S.A.D. à Evreux : la LMR de la fumagilline est à l'étude.
      Cette étude devrait durer 16 mois après accord de l'Agence Européenne des Médicaments". (Source : Santé de l'Abeille N° 211 , janvier-février 2006).
    • Avant 2002 les colonies faibles étaient détruites et les colonies fortes pouvaient être traitées avec l'antibiotique Fumidil B. Le protocole existant à cette époque était de nourrir la colonie avec un litre de sirop par ruche, auquel on avait incorporé 25 milligramme de matière active. Ce traitement était à réaliser hors miellée pendant quatre semaines.

     

LA MALADIE NOIRE (CPV) :

1 - Description.

Cette maladie est connue depuis longtemps. La première description en a été faite en 1922, sous plusieurs noms : Maladie de Mai, Mal des forêts, Maladie Noire, Mal noir, Petites noires.

C’est une maladie virale qui est infectieuse et contagieuse. Elle atteint les abeilles adultes et est liée à la multiplication du virus de la paralysie chronique « CHRONIC PARALYSIS VIRUS » (CPV) dans les tissus nerveux et l’intestin ( paroi du ventricule ).

Elle se manifeste essentiellement au printemps et la guérison est la plupart du temps spontanée au cours de l'été.

2 - Causes favorisantes.

  • Hivernage des colonies avec des provisions constituées de miellat (riche en matières organiques).
  • Souche d’abeilles sensibles à ce virus.
  • Relation possible avec les produits chimiques.
  • Conditions météorologiques (confinement, absence de miellée).
  • Traitements phytosanitaires et traitement contre la varroase.

3 - Symptômes.

  • Agitation anormale au trou de vol.
  • Léger tremblement du corps de l’abeille, incapacité à voler.
  • Manque d’activité.
  • Ailes tremblantes.
  • Abeilles mortes avec les ailes écartées.
  • Abeilles d’aspect noir, brillantes.
  • Abeilles sans pilosité (abdomen rétréci).
  • Abeilles saines chassant les abeilles malades.
  • Cadavres devant la ruche.

4 - Conduite à tenir.

  • Ne pas hiverner avec des réserves de miellat.
  • Elever sur des souches résistantes.
  • Pas de médicament.
  • Varier l’apport de pollen.
  • Veiller aux bonnes conditions sanitaires.
Cette maladie n'est pas d'un problème sanitaire important, du moins chez nous.
 

 

LE PETIT COLEOPTERE DE LA RUCHE

Le petit coléoptère (Aethina tumida) est un insecte originaire du Sud de l'Afrique. Son cycle reproductif se déroule en partie dans les colonies d'abeilles. Dans les cas graves, il entraîne la perte de la colonie et de la récolte. Compte tenu de sa progression mondiale, l'Europe a mis en place des mesures de protection.

 

En Europe, le Petit Coléoptère est une maladie à déclaration obligatoire. Il sera bientôt classé maladie réputée contagieuse (MRC) dans le droit français.

Comment le reconnaître ?

La larve

C'est le stade préjudiciable lorsque son développement se fait dans la ruche. Elle mesure environ 1 cm de longueur. De couleur blanc crème, elle ressemble à la larve de la fausse teigne (Galleria melonella) mais s'en distingue par la présence de trois paires de pattes antérieures plus longues et par la présence d'épines sur la partie dorsale de chaque anneau.

L'adulte

De couleur claire après la naissance, il devient marron foncé à noir en vieillissant. La tête, le thorax et l'abdomen sont bien distincts.
Comparer la grosseur du petit coléoptère
à celle de l'adulte.

Conséquences pour la colonie

Les larves creusent des galeries dans les cadres et détruisent le couvain.

Elles excrètent dans le miel qui change de couleur et fermente.

Le risque existe aussi pour le miel stocké dans les mielleries en attente d'extraction.

Surveillance

Lors de la visite sanitaire, il faudra être particulièrement attentif à rechercher le Petit Coléoptère dans les parties non éclairées de la ruche et les anfractuosités du plateau, là où se trouvent les accumulations de déchets non éliminés par les abeilles. Pour celà, sortir tous les rayons et examiner le fond de la ruche.

Conduite à tenir en cas de confirmation de l'infestation

  • Alerter les autorités sanitaires,
  • Détruire toutes les colonies du rucher infesté. Tuer les abeilles le soir au moyen d'une mèche de soufre introduite au trou de vol qui sera fermé, brûler les abeilles mortes et tous les cadres,
  • Désinfecter à la flamme le matériel restant afin de détruire les oeufs et les larves du Petit Coléoptère,
  • Assainir le sol sur un périmètre de 2 m autour des ruches,
  • Recenser et contrôler les ruchers dans un rayon de 5 km autour du rucher infesté.

En cas de destruction des colonies sur l'ordre de la DDSV, l'éleveur sera indemnisé.

 
  Today, there have been 10 visiteurs (73 hits) on this page!  
 
=> Veux-tu aussi créer une site gratuit ? Alors clique ici ! <=